La note de l'écrivain

Le rêve c'est bien, mais la réalité est plus nuancée, plus complexe, terreau du meilleur parfois du pire. L'histoire humaine est jalonnée de rêves aux allures de cauchemars..

Le voyage que notre famille entreprend permet sans nul doute d'être témoins privilégiés de faits souvent ignorés ou mal évalués. Quand on vit, comme le plus grand nombre, abrité par quatre murs et un toit, on a parfois peur mais on suppose que le danger ne passera pas la porte, préférant regarder par la lorgnette (le petit écran) ce qui se passe au-dehors. Le danger n'est pourtant pas dans la réalité, mais dans le fait de ne pas vouloir la voir, où d' en nier une partie, car elle n'est ni bonne ni mauvaise, elle est ce qu'elle est.

Notre gazette s'invite dans vos boudoirs chaleureux, petit moment de pause, réflexions, idées, impulsions et initiatives pour que résolument attentifs, nous nous souvenions que notre humanité tient dans notre faculté à rêver et notre capacité à transformer nos rêves en réalité. Pour le meilleur et le meilleur!

mercredi 8 mars 2017

Y'a des gens comme ça qui s'en vont... Hommage

Y'a des gens l'air de rien qui s'en vont,
Et puis y'a des moustaches comme des invitations...

Y'a des gens biens comme ça qui s'en vont,
Dans la moustache, leur élégance comme une invitation ...

Ils passent comme ça sur la pointe des pieds,
Rien à dire, rien à gagner, rien à déclarer...

Avec eux, même les mots semblent s'excuser,
Les mains dans le malt, toujours affairées,

Travailleurs de l'ombre, ils guettaient la lumière,
Alchimiste du cœur, ils remplissaient votre verre...

Mélomanes, ils savaient la valeur des silences,
Les mots comme les épices, utilisés avec prudence,

La courtoisie et la pudeur de n'exister pas trop fort,
Ils s'en vont, comme ça, jusqu'à la mort...

Y'en a un, comme ça, que j'ai connu,
Il avait la moustache d'un Dali,
La fragilité d'une âme nue,
Aujourd'hui sans faire de bruit,
Passé de l'ombre à la lumière,
Il a laissé mon verre vide, mon âme en bière,

Y'a des gens biens, l'air de rien qui s'en vont,
L'élégance dans la moustache comme une invitation...
Ils se retirent sans faire de bruit, vous laissant seul d'vant la maison,
Déjà, voilà... Ils sont partis... C'était une belle invitation...

Bon voyage, Ami...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire